Festival de la Plaine

Festival de la Plaine

Au loin, les dunes... 4

Une nouvelle histoire à plusieurs mains, en particulier pour les enfants, même si des adultes peuvent s'y essayer. N'hésitez pas une seconde, ajoutez un paragraphe...

"Meryem ! Meryem !"

Mais qui l'appelait-il donc ainsi ?

"Meryem ! Meryem !"

La jeune fille n'arrivait pas à se réveiller. Dans ses draps bien douillets, elle se sentait enveloppée par la nuit cotonneuse et la perspective d'une nouvelle journée de classe n'avait rien d'enchanteur. La veille au soir avec ses parents, ils avaient parlé des vacances qui n'allaient pas tarder à arriver, de la plage et du soleil, des pâtés de sable pour son petit frère Paulo et des baignades dans les vagues.

"Meryem ! Meryem !"

Mais pourquoi insistait-on pour qu'elle se réveille ? Rien ne pressait. C'était si bon de se laisser porter par le temps qui donne la part belle aux rêves. Meryem se retournait doucement dans ses couvertures, s'étirant longuement. S'il fallait vraiment se lever, elle le ferait. C'était comme ça tous les matins d'école. Il ne fallait pas que Maman s'en fasse. Jamais elle n'était restée au lit à l'appel du cartable. Elle avait juste besoin d'un peu de temps supplémentaire.

Après quelques minutes réconfortantes, elle ouvrit donc les yeux, posa ses pieds sur le sol sans vraiment regarder autour d'elle. C'est à ce moment qu'elle sentit sur son corps comme un courant d'air chaud. Elle voulut attraper ses chaussons, mais ses pieds s'enfoncèrent légérement dans le sable.

Du sable ! Elle se redressa d'un coup. Là, autour d'elle, il n'y avait plus de chambre. Et devant elle, jusqu'à l'horizon, s'étendait à perte de vue un paysage de dunes jaune ocre dont certaines brillaient sous l'effet des rayons du soleil. Incroyable ! Le désert au réveil ! Directement ! Comme ça ! Sans explication !

Pas de chambre, pas de maison, pas de parents, personne. Juste le désert.

Personne ? Non. Pas tout à fait. A quelques dunes de là, un petit personnage s'éloignait. Un homme habillé de bleu. Tout seul sur l'une des innombrables dunes, marchant vers nulle part. Car, jusqu'au bout de l'horizon, il n'y avait que sable. Que pouvait bien faire un homme tout seul dans ce paysage ? D'où venait-il ? Où allait-il ? Etait-ce lui qui avait appelé Meryem ?   

"Monsieur ! Monsieur !" cria -t-elle. "Monsieur ! Monsieur !"

L'homme ne semblait pas l'entendre, il marchait toujours droit devant lui, sur les dunes, vers un "quelque part" sans nom et sans image...

 

La suite ? C'est à vous de l'écrire. Ajouter un paragraphe dans la partie commentaire en prenant soin, en fin d'écriture, d'ouvrir l'histoire pour permettre à l'internaute suivant de poursuivre "Au loin, les dunes..." ...

 

 

free music


21/05/2008
1 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 13 autres membres