Festival de la Plaine

Festival de la Plaine

Bilan du Festival de la Plaine 2012

De cette 5ème édition du Festival de la Plaine, il reste un grand nombre d'images heureuses et savoureuses, des sourires et des rires, beaucoup de bonheur partagé. 

 

 

 

Commencé théâtralement dans l'émotion forte et musicale d'Eva, l'histoire de cette femme retrouvant sa fille en Australie, le Festival a déroulé toute une palette d'images colorées jusqu'au bouquet final de la Compagnie des Aligotés et leur "Perdus de rue" décapant et féroce. 

 

Au passage, le convoi du festival aura traversé les paysages bourguignons des châteaux par la poésie de Joël Grenier. Il aura fait défiler un samedi après-midi d'humour et de délire avec la Compagnie des Gueumis, la Compagnie des Déniapés et la Compagnie d'éZinguée, un après-midi complètement zinzin pour le plus grand plaisir des spectateurs avec, entre autres, les fameux Diablogues de Roland Dubillard dans un jeu et une mise en scène complètement folle (normal quand on s'appelle d'éZinguée, et fabuleux pour les spectateurs qui le deviennent un peu à leur tour aussi). Du pur plaisir. 

 

La Compagnie d'éZinguée à Barges - ici Jean-Marc Lombard et Alain Gimenez

 

Le Festival se sera posé le samedi soir sur les quais musicaux d'une gare à l'image d'une scène animée par une bande de copains qui ont offert au public un triptique de chansons françaises avec Capella (la voix sublime de Céline sur les accords de guitare de Pascal Chevreux), Ancavamuerta (jeune duo dijonnais dynamique et joyeusement déjanté), et Olivier et ses A Côtés, quatuor dans la même veine. Au final, cela ressemble à une chouette soirée entre copains qu'on aura aimé à faire durer dans quelques discussions sans fin, avec la furieuse envie de remettre le couvert.

 

 Oiliver et ses A Côtés au 8ème Festival Guitare de Clenay en octobre 2011

 

Ensemble vocal Clairdor à l'église de Barges le 28 octobre 2012

 

Après une courte nuit, dimanche matin arrive. La scène se déplace vers l'église de Barges où l'ensemble vocal Clairdor de Chevigny-Saint-Sauveur, dirigé par Jean Gueneau, propose un programme éclectique avec quelques virées vers la Serbie et la Suisse, du classique et du contemporain dont quelques phrasés superbement dissonnants, puis un chant final typiquement bourguignon, de quoi aiguiser l'envie de l'apéro. Très belle interprétation dans un lieu à la très belle acoustique. 

 

Et, pour terminer en feu d'artifice, la Compagnie des Aligotés propulsera son décapant "Perdus de rue" vers des sommets d'humour et de férocité pour rire de la solitude, de la méchanceté, de l'exclusion, de l'opportunisme outrancier, de la bêtise, de la mort et de la vie . Et toujours derrière les propos  très forts, la tendresse pour les personnages et l'envie que le monde puisse changer un jour. 

 

 

 La Compagnie des Aligotés à Barges 

 

En plus des spectacles, deux expositions photos étaient présentées, dont une intitulée "Walls of Ireland - Murs d'Irlande" racontant par l'image une histoire irlandaise mouvementée, de la première guerre mondiale à nos jours, au travers des fresques qui fleurissent sur les murs d'Irande de Dublin à Belfast. Il s'agissait de clichés d'Adeline Gaëtan, également actrice de la Compagnie des Aligotés. 

De plus, Jacques Bobinet, également acteur de la Compagnie des Déniapés, présentait les clichés argentiques noir et blanc de son labo dijonnais. Un voyage photographique tendre et poétique, parfois nostalgique qui ouvre le regard au-delà de la photo. 

 

Les clichés de Jacques Bobinet

 

C'est aussi cela le Festival de la Plaine, l'envie que le monde change, l'envie d'une convivialité entre les humains quels que soient leur âge, leur histoire, leur culture, leur lieu d'habitation. Quelque part l'envie que ce monde qui divise avance vers plus d'écoute et de reconnaissance de chacun. 

 

Dans son petit coin de campagne du sud dijonnais, le Festival aura joué son rôle de rassembleur avec cet espoir fort et intact que ces trois jours auront servi à donner du bonheur et à faire avancer l'idée qu'ensemble on peut briser les murs qui nous séparent. 

 

Et pour conclure, une pensée pour les bénévoles du Théâtre du Puzzle qui ont donné sans compter pour que tout se déroule pour le mieux, en amont (financement, communication, information, préparation de la buvette, adminsitration, droits, etc...), pendant le festival et en aval (bilans divers, rangement, nettoyage, etc...). Le noyau était composé de Priscille Barel, Chantal Trivier, Jean-Luc Edouard et Pascal Marchand, aidés par Bernard Bisch, Véronique, Marina Fleury ainsi que des enfants Nelson et Zak. Merci à Marc Rebulliot pour la distribution des tracts dans le village de Barges et à Guy Morot pour celle dans Noiron-sous-Gevrey, ainsi que le suivi du Festival pour le Bien Public.

 

 

A bientôt en... 2014...

 

 

 

Petit voyage photographique

Lien vers plus de photos sur le site du Théâtre du Puzzle 

(126 photos en 13 pages) : Photos du Festival de la Plaine 2012

 

Compagnie des Déniapés à Barges - ici Jacques Bobinet

 

Compagnie d'éZinguée à Barges 

 

Céline du duo Capella

 

Jean Gueneau et l'ensemble vocal Clairdor à l'église de Barges

 

La Compagnie des Aligotés à Barges

 

Compagnie des Gueumis "Oups" à Barges

 

"De mots en châteaux" - Joël Grenier

 

Article de Presse - Le Bien Public - Mercredi 31 octobre 2012

Lien vers le site du Bien Public : Article BP du 31 octobre 2012

 

Tenu à bout de bras par Pascal Marchand et le Théâtre du Puzzle, section du comité d’animation, la 5 e édition du Festival de la plaine a connu un succès, ô combien mérité.

 

Le succès des huit spectacles proposés pendant trois jours ne s’est pas toujours mesuré en nombre de spectateurs (30 à 100, selon les spectacles) mais la ­convivialité, les échanges, les rencontres entre comédiens et le public resteront les ­moments forts de ce festival.

Vendredi, le festival s’est ouvert par une pièce de Pascal Mullard : Eva. Le public a apprécié les échanges, les confidences intimistes entre Eva (Claudie Tenacci), une femme d’âge mur qui vient voir sa fille, et Ted (Jean-Luc Édouard), avec qui celle-ci partage sa vie.

Samedi, l’après-midi a débuté par un café littéraire proposé par le Théâtre des deux trémas, puis la troupe des Gueumis a occupé la scène avec sa dernière création Oups.

Un public ravi

La Compagnie des Déniapés, issue de l’atelier théâtre de l’association Renouveau, a permis de découvrir les aléas de la colocation. À 19 heures, sur des textes de Dubillard, la Compagnie d’Ézinguée a jeté un regard acide et réaliste sur la société.

À partir de 21 heures, un concert a emmené les amateurs de chanson française, tout d’abord avec les textes de la chanteuse Céline du groupe Capella, puis le groupe Ancavamuerta et, pour terminer, Olivier et ses à-côtés.

Le dimanche matin, la ­chorale Clairdor de ­Chevigny-Saint-Sauveur, ­dirigée par Jean Gueneau, a enchanté l’auditoire avec un répertoire aux couleurs à la fois classique et régionales qui s’est achevé par la Fricassée bourguignonne.

À 17 heures, le festival s’est refermé avec Perdus de rue par la Compagnie des Aligotés : une virée réjouissante dans les relations humaines avec des sommets d’humour et d’irrévérence.

 

Les photos de Guy Morot pour le Bien Public

"Colocs" par La Compagnie des Déniapés à Barges

 

"Eva" par le Théâtre de l'Oiseau Brut et le Théâtre du Puzzle

 


Olivier et ses A Côtés en concert à Barges

 

L'ensemble vocal Clairdor dirigé par Jean Gueneau

 

"Perdus de rue" par la Compagnie des Aligotés à Barges

 



29/10/2012
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 13 autres membres