Festival de la Plaine

Festival de la Plaine

Festival de la Plaine 2010 / L'heure du bilan

   
 
Festival de la Plaine 2010 à Barges (21)
envoyé par theatre-du-claqsin. - Regardez plus de courts métrages."

undefined>Théâtre du Claqsin "Les Âmes réveillées"

 

Après la dernière des "Encavés du Secteur 4"

samedi 9 octobre, salle polyvalente de Barges,

le Théâtre du Puzzle a réinvesti cette salle

pour installer cette fois le "décor" du Festival de la Plaine

qui a eu lieu les 29 et 3O octobre.

 

 

Et comme en 2004, 2006, 2008, le petit monde des villages a été rejoint par les gens de la grande ville, des gens de tous les âges autour des arts vivants (théâtre, poésie, littérature, contes, musique).

 

Ce furent deux jours d'extrême convivialité comme des retrouvailles entre amis qui ne se rencontrent que tous les deux ans à l'occasion du Festival. Effectivement, en plus des spectateurs qui découvrent qu'à côté de chez eux existe un festival qui existe depuis six ans, les "habitués" se retrouvent à ce rendez-vous des amis de la Plaine de Gevrey-Chambertin.

 

D'un point de vue artistique, ce fut un excellent cru.

Commencé avec le Théâtre du Claqsin, la soirée a non seulement réveillé les âmes des personnages en scène, mais aussi celles des spectateurs. "Les Âmes réveillées", titre du spectacle, aurait pu être le titre de la soirée. Amour, humour et tendresse étaient au rendez-vous dans ce remake librement adapté du film de John huston "African Queen".

 

Gilles Petitjean et Maîté Pauté dans "Les Âmes réveillées"

 

Le programme du samedi a commencé avec ce savoureux Café Littéraire et Poétique plein d'humour, animé par les Poètes de l'Amitié. Beaucoup de drôlerie, d'irrévérence, de textes provocateurs alors que les spectateurs autour d'une table de bar dégustaient café, thé et biscuits chocolatés. On pouvait humer les saveurs autant de la scène que de la salle. Comme un ensemble de petits bonheurs d'après déjeuner.

 

Trois poètes pour un café poètique savoureux et drôle

 

Puis ce fut l'heure des enfants et des familles pour un voyage dans le désert avec "La Femme qui danse sur le sable", spectacle du Théâtre du Puzzle. En ce jour pluvieux, la chaleur du Sahara s'est emparée des âmes, encore une fois réveillées pour une autre histoire d'amour entre la princesse Naïma et le Prince Mamadou au rythme du vent, de l'eau qui se cache et des paysages qu'on voit mieux les yeux fermés. Cette féerie s'est achevée devant une table de goûter où les enfants, guidés par Naïma et Mamadou, ont pu déguster un bon jus d'orange et de la brioche au chocolat.

 

Pascal Marchand et Chrystelle Sulejmani dans "La Femme qui danse sur le sable"

 

C'est ainsi que la journée a viré vers les spectacles du soir avec, comme point de départ, un apéritif offert aux spectateurs. Occasion de remercier l'ensemble de l'équipe d'organisation, tous ceux qui travaillent dans l'ombre pour la réussite du festival.

 

Retour au spectacle ensuite avec le Théâtre de la Couline et sa superbe "Corniche". Moment de grande folie. De l'humour décapant au 5ème étage à 15 m au-dessus du sol pour une femme désespérée dont l'être aimé est parti et un supporter de foot qui voit la France se faire étriller par l'Italie. Le public a été conquis par le jeu des deux acteurs. Un grand moment.

 

 

Et pour clôturer la soirée, ambiance Brassens dans toute l'irrévérence de ses chansons, la provocation et l'anticonformisme dont on devine par les textes les moins connu comme cela a pu choquer dans les années d'avant 68. Le Gars Manu et son complice Gérard ont, à leur tour, fait vibrer le public demandeur et chanteur dans une ambiance conviviale et joyeuse. Brassens, de là où il était, a dû être heureux de cette soirée-là autour de ses textes.

 

Gérard et le Gars Manu pour la soirée Brassens

 

Ainsi s'est achevée l'édition 2010 du Festival de la Plaine. Une belle réussite, autant du point de vue artistique que du point de vue du public dont un certain nombre est devenu fidèle du festival. Les organisateurs ont atteint l'objectif qu'ils s'étaient fixé : créer de la convivialité et de l'envie de partager autour des arts.

 

Cette année, faute d'un manque de bras, nous n'avons investi qu'une seule salle. Faute de place et de personnel,  nous avons laissé de côté les arts plastiques (photos, peinture, sculpture) qui nous tiennent pourtant à coeur. Nous avions les contacts avec les artistes, aussi avec des éditeurs et des libraires, mais ça ne devait pas être le bon moment.

 

Cette 4ème édition du Festival de la Plaine, par la persévérance de sa présence, même à taille plus petite, a permis de poser tout haut la question de la place d'un tel évènement dans les villages du canton de Gevrey. Elus et habitants ne s'y sont pas trompés, par leur présence d'abord toujours régulière, et par l'envie d'aider à ce que le festival perdure dans le paysage de la communauté de communes du sud-dijonnais autour de Saulon-la-Chapelle.

 

En marge des spectacles, il y a eu beaucoup de discussions sur ce thème, avec des élus, avec des habitants. Peut-être aussi parce qu'il fut un temps où, avant l'arrivée du Théâtre du Puzzle, les villages ont connu des liens très forts au travers de manifestations culturelles qui les réunissaient. Quand le Théâtre du Puzzle a posé ses bagages à Barges, il a sans le savoir remis au goût du jour cette envie de contact et de lien entre villages, sans doute parce que ce lien est nécessaire pour ne pas être isolé, pour redonner un sens social à la présence de ceux qui nous entourent, pour enrichir nos vies de celles des autres.

Aussi, le champ de  perspectives s'ouvre différemment pour les années à venir. Le Théâtre du Puzzle est durablement installé dans la Plaine de Gevrey-Chambertin et les contacts avec habitants et élus sont excellents. On sent une réelle volonté de tous d'aller dans le sens d'un meilleur soutien à ceux qui veulent raviver ces contacts entre villages pour le bien-être et le plaisir des habitants. Pour cela, le Festival de la Plaine sera aidé pour sa prochaine édition en 2012. Des réunions avec les élus sont prévues  rapidement afin de mettre en place la structure pour dans deux ans, structure élargie aux communes et à la communauté de communes. Nous pourrons alors retrouver nos amis photographes, peintres, sculpteurs, proposer des nouveautés en lien aux bibliothèques communales et aux éditeurs locaux, approfondir nos thématiques autour des activités intergénérationnelles.



06/10/2010
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 13 autres membres